jeudi 5 septembre 2013

Le manque de confiance en soi, ou pourquoi les trois quarts des auditeurs sont des pisseuses

Il n'est pas nouveau et c'est même couramment répandu de dire que les gens de manière générale manquent de confiance en eux même,  et sont prêts à venir pleurnicher auprès de papa/maman/tonton lorsque leur chat Giboulette n'a pas voulu de calin ce matin ou lorsque la fifille à son papa ne sait pas si la couleur tendance est le vert ou le jaune, et par conséquence dans quelle couleur prendre ce petit pull en cachemire de telle façon qu'il aille avec ces mocassins qui valent plus de paquets de spaghetti qu'un étudiant à temps complet ne pourra jamais s'en offrir ? Ce manque de confiance, cette défaillance mentale est cultivée dès la plus tendre enfance en mettant tout le monde dépendant de tout le monde, ce qui fait que chacun repose sur l'autre et attend de voir (inconsciemment la plupart du temps) quels sont ses choix (Nicky Minaj ou Lady Gaga ?) avant de faire la moindre chose et donc finalement n'agir que par mimétisme, puisque nous ne sommes pas si éloigné des moutons au final, et que c'est probablement quelque chose qui a bien servi jadis, vous dira un anthropologue, lorsqu'on ne savait pas que cueillir des baies => nourriture, et que c'est là un comportement fabuleux qui lui vaut bien sa paie de 100 000 balles par an pour faire de la recherche.

Fabuleux, fascinant et utile, oui, à l'époque où la thune n'existait pas, puis qu'aujourd'hui des gens ont bien fini par se rendre compte qu'on était un peu dupe et surtout con, nous autres consommateurs assidus et assagis par la société, et qu'au final il suffisait de nous dire "écoute ça !" pour qu'effectivement, on écoute ça ; le plus drôle est lorsque le précepte s'ensuit par "achète ça !" et qu'on a tellement été traumatisé par toute notre expérience qu'on se sent obligé d'effectivement le faire, par empathie envers une afro américaine aux fesses siliconées.

Face à ce genre de pratiques et de réactions s'offrent plusieurs déductions. Je vais commencer par les plus évidentes comme ça ça rajoutera du cachet à l'article et un peu de suspense, ce qui va créer un effet mélodramatique des plus appréciable (oui je confirme).

D'une part, arrêtez un peu de vous faire enculer et prenez des initiatives : Niky Minaj et Lady Gaga, c'est plus ou moins la même merde sauf que l'une a été mise au congélo et l'autre au micro-onde ; ca n'impactera pas plus votre vie d'écouter l'une ou l'autre, de toute façon ce que vous vouliez faire à la base c'était écouter quelqu'un, sans plus. Il est par ailleurs intéressant de remarquer que ce principe peut s'appliquer partout dans la vie, mais ce blog n'est pas celui de mère Térésa en recommandation aux jeunes âmes en quête de diagrammes et autres merdes virtuelles pour après se sentir mieux d'avoir pris un Samsung Galaxy sIII Mini plutôt qu'un iPhone 4s : quoi que vous fassiez votre téléphone sera pourri et dépassé, faites ce qui doit être fait et prenez un vieux Nokia à deux balles, ça fera plus de fric pour payer le loyer et éventuellement se faire vraiment plaisir et pas juste se rassurer "Ouf ! Je suis enfin in ! À moi les goes en pagaille et les caisses tunées".

D'autre part, si vous faites de la musique, rendez vous compte que vous n'êtes pas un artiste, vous êtes juste un de ces gars asocial qui se ramènent en soirée avec une guitare, une chemise à carreau par dessus un T-shirt "turtle neck" et un chapeau en feutre (a fedora comme disent ceux par delà l'Atlantique ou la Manche) pour ensuite chanter leur ridicules chansons sur 3 à 4 accords qui serviront à ce que plus tard on ait un truc à se raconter devant la machine à café entre collègues, dans le sens qu'ils se foutront de ta gueule connard. La majorité des gens n'ont absolument pas de goût musical, il faut donc les persuader que votre musique est bien avant même qu'il l'écoute, en les rassurant et leur disant que ça a été écrit "avec des potes en s'amusant en vacances", "en écrivant les paroles avec ma petite soeur" ou tout autre anecdote qui ravira l'audience qui (un peu à l'insstar une meuf à laquelle faut faire des préliminaires si tu veux y glisser ta teub) écartera ses jambes de contentement et laissera la musique la sodomiser puis s'étalera ensuite goulument les notes sur le ventre, les lèvres, les cuisses etc. etc. vous voyez ce que je veux dire bande de pervers (nota bene : je parlais bel et bien de l'audience, n'allez pas imaginer que je parlais d'autre chose, genre ta mère).

Sur ce je vous dit à plus tard pour une autre chronique aussi intéressante qu'un 12-13h un Jeudi d'arrêt maladie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Lâche ce que tu as sur la conscience gros.